Entract, pause inspirante pour manager en transformation

Entract est une communauté apprenante de managers, accompagnés par la MONA et l’ARACT Nouvelle-Aquitaine, pour identifier et activer leurs leviers de transformation par la qualité de vie au travail.

« La nature du travail, qui est fondamentalement positive, peut se trouver renversée par les conditions de son organisation, qui peuvent en faire une torture pour certains hommes et les opposer au lieu de les unir. Les moyens techniques ont révolutionné le monde du travail depuis la révolution industrielle puis la révolution numérique, mais nous n’avons pas encore trouvé les solutions pour donner concrètement au travail la dimension unificatrice qu’il devrait avoir. »

Conclusion du corrigé de l’épreuve de philosophie du bac ES 2019 ayant pour sujet “Le travail divise-t-il les hommes ?”, par Fabien LAMOUCHE, professeur agrégé de philosophie.

L’entract… vu par les managers

Qui de mieux placé qu’une manageuse de la communauté entract pour en parler ? Emmanuelle vous raconte le programme et ses bénéfices en 3 minutes.

Entract, pour une transformation durable des OGD

Le programme entract est un cycle de 3 ans. Il permet de transformer son organisation de manière durable, sur le temps long et avec pour base la qualité de vie au travail :

  • La première année est dédiée au parcours du manager. Il est ciblé en tant que “chef d’orchestre” et surtout décisionnaire. Son enjeu est de comprendre l’approche managériale de la QVT, d’ajuster sa posture et de définir son projet de structure.
  • La seconde année est dédiée à la diffusion de la QVT en interne, avec l’équipe, en fonction du projet construit la première année.
  • La troisième année doit permettre de diffuser la QVT sur le territoire, en échangeant avec des organisations de tous secteurs.

Les trois années sont construites sur un modèle pédagogique complet :

  • accompagnement collectif : échanges au sein de la communauté, partage de ressources
  • accompagnement individuel : coaching personnalisé
  • formation : parcours inter-entreprises (année 1), intra-entreprise (année 2) et inter-filières (année 3)

et toujours en complémentarité avec les formations inter-entreprises proposées dans le programme de professionnalisation de la MONA.

L’entract, c’est pour qui ?

Les managers

Le programme entract est d’abord dédié aux managers. Nos années d’accompagnement du réseau nous ont montré que la transformation d’une structure doit être une oeuvre collective. Surtout, elle nécessite une impulsion de la part du principal décisionnaire.

Un groupe de 10 managers (9 structures) a été constitué pour la première année d’expérimentation, représentant l’hétérogénéité du réseau. Une nouvelle promotion d’une dizaine de managers est formée chaque année, par “cooptation” de la promotion précédente. Les pré-requis sont cités dans la capsule “L’entract, c’est pour vous si…” un peu plus bas.

Un point commun : leur sensibilité et leur envie d’aller plus loin dans la qualité de vie au travail.

Les équipes

Le manager n’est rien sans son équipe. S’il doit activer les premiers leviers de transformation, l’équipe a de nombreuses clés également. Le manager a pour mission lors de l’année 1 de l’entract d’effectuer des tests avec son équipe. Il teste de nouvelles manières de fonctionner, d’animer des réunions, de recruter. L’année 2 est celle de la diffusion : on expérimente une nouvelle organisation en interne, basée sur la qualité de vie au travail. Et l’on continue les échanges au sein de la communauté de managers, ainsi que les échanges entre les différentes équipes.

Le territoire

L’année 3 de l’entract est celle de l’essaimage sur le territoire. L’expérimentation Limoges act a été menée en parallèle de l’entract en 2020. Elle a permis d’expérimenter un parcours de transformation durable par la “qualité de vie au travail territoriale” avec 8 entreprises du territoire de Limoges. Pilote de l’opération, l’office de tourisme intercommunal de Limoges a réuni 9 managers et manageuses d’organisations emblématiques de la ville (un hôtel, un parc zoologique, Legrand, un opéra, un festival, deux entreprises du digital). Ensemble, ils se sont formés et ont réfléchi au concept de “QVTT”.

Les résultats de cette expérimentation montrent une vraie plus-value à faire discuter des managers/euses de secteurs différents sur leurs pratiques. Cela permet de trouver des solutions innovantes et d’engager des actions collectives en faveur des entreprises et du territoire. Les sujets traités sont vastes et interconnectés. Il peut s’agir de recrutement, de fidélisation des salariés, d’attractivité du territoire ou encore de l’engagement durable et citoyen. Une année d’expérimentation ne suffit pas à en extraire tous les leviers. La QVTT est un concept à éprouver plus en profondeur sur le territoire pilote de Limoges avant de pouvoir le dupliquer.

Une fois le manager et l’équipe de l’office de tourisme engagés dans la démarche, pourquoi ne pas jouer ce rôle de catalyseur à l’échelle du territoire ?

Une équipe pour faciliter et accompagner

La MONA et l’ARACT Nouvelle-Aquitaine ont réfléchi ensemble pour monter ce programme d’accompagnement.

Côté MONA, un binôme de facilitateurs, Charlotte Emery & Florent Guitard, coordonne le projet et accompagne les managers et les formateurs. Ils mobilisent leurs expertises communes en ingénierie pédagogique, design pédagogique, facilitation en intelligence collective, conseil et animation. Côté ARACT, Arnaud Barillet apporte son regard externe et son expertise en qualité de vie et psychologie du travail.

Afin d’accompagner cette transformation des organisations en respectant les problématiques de chaque participant, nous nous sommes entourés d’une équipe de formateurs/consultants externes, proches de la MONA et partageant une même philosophie sur le travail.

L’équipe pédagogique de l’expérimentation 2020 : Axelle Minville – RH, dialogue social, QVT Magali Ménard – Management, développement personnel Falco Baudon et Séverine Teulières Coaching – créativité Benoit Deconchat – Ludocoaching Sophie Nonnenmacher – Diversité – Parité

Et au fait… pourquoi l’entract ?

Entract est l’acronyme pour notre objectif initial : accompagner les ENTReprises par l’Amélioration des Conditions de Travail.

Petite histoire de l’entract

La Mona accompagne les offices de tourisme et les territoires dans leur organisation touristique depuis 15 ans. Elle propose un programme de professionnalisation permettant aux femmes et aux hommes qui travaillent dans ces structures de renforcer leurs compétences, d’être fier de leur métier, d’être novateurs dans leur approche et connectés en réseau. La loi NOTRe figure un nouveau visage au réseau à partir de 2015. En 2017, les managers se réunissent pour trouver des solutions à leurs problématiques de gestion de la distance pour des équipes éclatées sur plusieurs sites.

Le réseau se forme à travers des formations et webséminaires sur le travail à distance, le management, la confiance en soi, la qualité de vie au travail. La Mona se met à la formation sur-mesure pour répondre au besoin d’accompagnement à la définition d’un projet d’entreprise, à la cohésion d’équipe, au travail collaboratif. Elle conseille les managers et chargés de formation pour mettre en oeuvre leurs plans de développement des compétences.

En 2018, nous faisons le bilan des actions communes avec l’ARACT NA et un constat émerge. Nous avons besoin d’accompagner en profondeur les managers pour une véritable transformation. C’est à ce moment que naît le “club des acronymes anonymes”, qui sera formalisé en “entract” après des mois de travaux entre la Mona et l’Aract Nouvelle-Aquitaine.

Dès 2019, nous imaginons le parcours d’accompagnement “entract” sur un temps long afin que le temps fasse son oeuvre et permet aux “transformations” se s’opérer et de s’ancrer durablement dans les fonctionnements des organisations.

En octobre 2019, l’expérimentation est lancé. Le premier bilan sera réalisé en janvier 2020 pour déployer dans l’année le modèle “entract” !

« Il suffit de 10% des collaborateurs pour changer toute une entreprise » 
Harvard Business Review

Les constats à l’origine du parcours

Les révolutions du travail

Le numérique entraîne une révolution du travail, basée sur la rupture du schéma classique de l’unité de lieu et de temps. Un lieu de travail et des horaires strictes ont laissé place au travail à distance, à la digitalisation, à la fragilisation de l’emploi, aux métiers en tension, aux fusions d’entités. La qualité de vie au travail a besoin de progresser en dehors du “social-washing” ou de l’approche réglementaire et adéquationniste (DUERP, RPS,…).

Notre rapport au travail et au territoire

Notre rapport au travail et au territoire évolue : recherche de sens, équilibre vie professionnelle/vie personnelle, besoin de sociabilité, rupture des rapports hiérarchique, télétravail, nouvelle équipe issue d’une fusion. Interroger les conditions de travail et améliorer la qualité de vie au travail par une méthode “embarquée” permettra d’identifier les leviers de transformation managériale. Interroger les conditions de travail à l’échelle d’un territoire permettra de (re)nouer le lien entre organisations (privé, public, associatif,…) et territoires. Des salariés bien dans leur travail, bien dans leur vie, engagés sur leur territoire.

Les espaces de discussion

Les managers ont peu de temps et d’espace pour échanger sur ces problématiques et sont démunis pour accompagner leurs équipes. L’isolement au travail est un des sujets de la qualité de vie au travail, il concerne les managers comme les autres membres de l’équipe.

La covid19 et la crise sanitaire

Le monde du travail subit les dommages collatéraux du bouleversement du monde en cette inédite année 2020. Les organisations qui se sont souciées de la qualité de vie au travail bien avant la crise ont mieux appréhendé les difficultés du confinement, du chômage partiel et du travail à domicile (source Anact).

« La QVT, ce n’est pas la cerise sur le gâteau, c’est la farine qui tient le gâteau »
Julien Pelletier, responsable de l’animation scientifique à l’ANACT

Nos objectifs

Deux expérimentations réussies

Le projet repose sur une démarche itérative et durable, en plusieurs étapes. 

 

  • 2019 : Mobilisation de partenaires et recrutement des participants, design pédagogique du parcours.
  • 2020 : Lancement de deux expérimentations avec les managers (entract  : sectorielle avec les offices de tourisme de la nouvelle-Aquitaine et Limoges actterritoriale “QVTT” avec des entreprises de tous secteurs confondus sur l’agglomération de Limoges), Bilan du prototype de parcours (téléchargeable en dessous).
  • 2021 : Transfert en entreprise avec les managers engagés, déploiement avec de nouvelles structures.

“On ne va jamais aussi loin que lorsque l’on ne sait pas où l’on va”. Arnaud Barillet de l’Aract Nouvelle-Aquitaine, s’inspirant de Christophe Colomb.

> ENTRact : bilan d'une année d'expérimentation

Découvrez le bilan et les apprentissages des deux expérimentations menées en 2019/2020 : entract et limoges act.

Télécharger le bilan

L’entract, comment ça se passe ?

La méthode entract

La base de l’entract est un parcours pour les managers, qui apprennent, construisent et testent avec leur équipe. Le parcours est construit et animé par l’équipe MONA et ARACT Nouvelle-Aquitaine, avec une équipe pédagogique pluridisciplinaire. Ainsi, le principe est celui de l’expérimentation et de la qualité de vie au travail “embarquée”. La QVT n’est pas un projet, c’est une culture.

Dessin réalisé par Hélène Richard, du collectif Zélie @lenon

Le design pédagogique

Le parcours est créé sur la base d’une communauté apprenante. Les managers co-construisent le parcours et avancent ensemble dans la clarification et résolution de leurs problématiques. Les temps de rendez-vous présentiel sont alternés avec des temps à distance et du coaching individualisé. Les managers expérimentent avec leurs équipes et partagent à la communauté leurs avancées. La communauté est animée en continu grâce au partage d’idées, de pratiques, de lectures, de méthodes. Le champs des possibles est large, en termes de sujets à traiter…

L’entract est une bulle de pause dans son quotidien. Et également un catalyseur pour donner une dimension collective à sa stratégie de structure.

Dessin réalisé par Hélène Richard, du collectif Zélie @lenon

Les bénéfices

Les bénéfices sont tangibles tant pour les individus, que pour les organisations, que pour le territoire. Nous avons la conviction très forte que des individus bien dans leur travail sont des individus bien dans leur vie et sur leur territoire, et vice-versa.

  • Pour les individus
  • Pour les organisations
  • Pour le territoire

Le coût du parcours

Le parcours représente environ 15 000 € de budget pour les structures sur les deux premières années :

  • 4380€ TTC la première année pour le parcours complet
  • 1980€ TTC la seconde année pour la base d’accompagnement + tarif sur-mesure pour la formation “intra-entreprises”

Pour nous, il s’agit d’un investissement durable dans la stratégie de la structure. Une partie de ce parcours (formation) peut néanmoins être prise en charge par vos fonds disponibles sur le Plan de Développement des Compétences de votre structure auprès de l’Afdas.

Pour le déploiement en année 3 sur le territoire, l’investissement doit être beaucoup plus fort. L’essaimage et l’animation nécessite un temps humain conséquent, des compétences particulières en facilitation de collectif et une très bonne connaissance des écosystèmes locaux.

Les partenaires de l’entract

  • L’ARACT Nouvelle-Aquitaine, qui nous accompagne dans la conception et la réalisation des parcours
  • La Région Nouvelle-Aquitaine a financé l’expérimentation 2019/2020, à travers sa direction de la Formation Professionnelle. Dossier sélectionné pour le FRIF – Fonds Régional Innovation dans la Formation à la Commission Permanente du 7 octobre 2019.
  • L’office de tourisme intercommunal de Limoges est porteur du volet d’expérimentation territoriale co-financé par l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail). Le dossier a été sélectionné au FACT en septembre 2019. Ce Fonds Régional pour l’Amélioration des Conditions de Travail portait sur “La QVT, un levier pour agir sur les difficultés de recrutement et les problèmes d’attractivité”.
  • Le projet est suivi de près ou de loin par la Coopérative des Tiers-Lieux, les Oiseaux de Passage, ADI Nouvelle-Aquitaine,

On en parle…

Avec les managers :

Retrouvez dans le bilan de l’expérimentation (page 26 à 30) les histoires des managers “entractés” et “limoges actés”

Contactez les managers ayant suivi l’expérimentation (avec leurs visages page 35 du bilan).

Aux rencontres nationales du etourisme :

Plénière de clôture des #ET14 : Nouveaux managements, bien être au travail et égalité hommes femmes

Plénière d’ouverture des #ET15 : le fameux Monde d’Après selon les conditions de travail

Au forum “Entreprendre dans la culture en Nouvelle-Aquitaine” :

Table ronde – Limoges Act : Une expérimentation autour des conditions de travail pour renforcer l’attractivité du territoire

Un merci tout spécial au collectif Zélie pour leur accompagnement graphique qui permet d’illustrer ce parcours.

En attendant le prochain acte, faites une pause…