La MONA s’engage dans le Défi Zéro Déchet des Pros

En 2021, la MONA s’engage dans l’aventure du Défi Zéro Déchet des Pros avec pour objectif de réduire au maximum nos déchets de fonctionnement (physiques et numériques) et s’engager vers des actions et des outils plus durables !

 

Pourquoi s’engager à réduire nos déchets au bureau ?

En France, près de 46% de la population active française travaille dans un bureau et en moyenne 140kg de déchets sont produits par un(e) salarié(e) de bureau par an. La majorité de ses déchets concerne le papier, ou chaque salarié du tertiaire consomme en moyenne 3 ramettes de papier par mois. Mais il faut également y rajouter le gaspillage alimentaire lors de ces repas qui représente 150 à 200 grammes de nourriture, soit 60% de notre assiette qui est jeté.

Les solutions actuelles pour traiter ses déchets ne sont pas optimales et même le recyclage consomme beaucoup de ressources naturelles. La seule solution pour agir est de réduire ses déchets directement à la source.

Infographie QQF une rentrée pour tout changerTout ceci, sans parler de nos outils numérique. En moyenne, nous passons 200 jours par an avec notre ordinateur personnel. Ce dernier est source de pollution dans tous les stades de sa vie (création, utilisation et recyclage) sans parler de l’impact de notre utilisation ! Par exemple, cette dernière représente chaque année, pour un salarié français l’équivalent de 3 460kwh d’électricité soit l’équivalent de 80 ampoules basses consommation allumées 8 heures par jour pendant 220 jours ! Pour en découvrir davantage sur nos consommations au travail et les solutions à adopter découvrez l’infographie ci-contre.

Sans parler des logiciels et outils que nous utilisons et qui analysent voir même parfois utilisent nos données personnelles au risque de créer des failles de sécurité ou encore d’enlever le libre arbitre dans nos choix de navigation. Pour en découvrir davantage sur la pollution numérique, on vous invite à redécouvrir l’article dédié de notre centre de ressource.

Autant de donnée qui à la MONA, nous ont poussé à nous engager pour réduire nos déchets physiques et numériques.

 

Qu’est-ce-que le Défi Zéro Déchets pour les Pros ?

défi zéro déchet des prosL’association Ekologeek accompagne les structures engagées dans le défi pendant six mois pour qu’on puisse étudier et mettre en place des solutions techniques, organisationnelles et comportementales pour réduire nos déchets.

Par déchets on entend les emballages, fournitures de bureau, matériel informatique, vaisselle, biodéchets, mobiliser, mégots, ampoules, piles, cartouches d’encre, produit d’entretien … L’équipe de la MONA réalisant une grande partie de son activité à distance, nous avons également décidé de prendre en compte nos consommations et déchets numériques.

Plusieurs étapes sont proposées à travers le défi mais il y a un fil rouge tout au long de ces 6 mois : mesurer la production de ses déchets afin d’évaluer sa progression. L’association nous accompagne pour trouver des solutions adaptées et nous accompagner dans la réduction des déchets.

 

Comment se passe le défi Zéro Déchet pour les pros ?

Le 18 janvier 2021, avait lieu la première rencontre des participants au défi, la MONA s’est donc engagée aux côtés de la SNCF immobilier, les mairies de Cenon et de Blanquefort pour découvrir le programme des 6 prochains mois : réunions d’échange collectives, accompagnement à l’analyse des déchets directement dans la structure, visites de sites techniques pour découvrir l’impact de nos déchets…

L’analyse des déchets physiques

Nous avons débuté la première étape : un état des lieux permettant d’évaluer nos consommations quotidiennes par la pesée de nos déchets physiques (poids de la poubelle papier et ménagère). Pour cela rien de plus simple : on inscrit le litrage de poubelle et chaque semaine on calcule son taux de remplissage. Voici un exemple de tableau de relevé proposé par la mairie de Blanquefort. De notre côté, nous avons poussé l’analyse en télétravail. Tout simplement, en utilisant des bouteilles d’eau ou des contenants en plastique dont nous pouvions mesurer la contenance, puis nous avons noté à chaque fin de semaine leur taux de remplissage.

Après un mois et demi d’analyse nous avons pu constaté que l’équipe consomme en moyenne : 4,1 litres de déchets / jour / personne.

 

Les actions mises en place par la MONA pour réduire ses déchets physiques

La première action pour réduire nos déchets nous a été présenté par Pauline notre référente de l’association. C’est la règle des 5 R qui consiste à respecter la chaîne suivante quand on est face à un déchet. Refuser pour éviter d’avoir un déchet, par exemple c’est refuser d’acheter un article sur-emballé. Si ce n’est pas possible il faut essayer de réduire en choisissant par exemple en paquet de pâtes en carton plutôt qu’en plastique. Si ce n’est pas possible non plus, il faut réutiliser, par exemple en utilisant une bouteille d’eau pour arroser le jardin. Si ce n’est pas possible on peut alors recycler notamment en compostant. Et enfin, on peut revendiquer ces actes.

la régle des 5 r défi zéro déchet pour les pros

Par la suite, nous avons regroupé toutes nos idées pour s’engager et nous avons même mis en place directement des actions, comme le fait de :

  • Sensibiliser l’équipe à travers le Défi Zéro Déchet de un partage d’infos régulier,
  • Réduire le nombre de poubelle pour encourager à davantage faire attention,
  • Augmenter la signalétique pour améliorer nos actions (savoir quelle poubelle utiliser, où sont les feuilles de brouillons …)

Puis nous avons voté sur des actions à mettre en place de façon plus ou moins prioritaires :

  • Mettre en place la dématérialisation (feuille émargement, facture, note de frais, bulletin de salaire)
  • Encourager nos interlocuteurs à moins nous envoyer de document papier,
  • S’équiper en matériel Zéro Déchet pour les formations (crayons effaçables, gommettes repositionnables, carnet en papier de roche…),
  • Mettre en place des chèques déjeuners en version carte à la place des carnets papiers,
  • S’équiper de tableaux blancs ou des tableaux avec une craie à la place des paper boards,
  • Imprimer sur du papier recyclé de meilleure qualité,

 

L’analyse des déchets numériques

En avril prochain, l’équipe va être sensibilisée à la pollution numérique puis nous débuterons l’analyse de nos déchets numériques (espace de stockage de chaque membre, analyse des serveurs de nos outils…). Restez connectés, on vous embarque dans l’aventure et vous tiendra au courant de nos avancées en mettant à jour régulièrement cet article !

 

Envie d’aller plus loin ?