La MONA et son réseau s’engagent pour un numérique responsable

Bien qu’immatériel, le numérique a un impact environnemental bien réel qui représente pas moins de 4% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), soit autant que le secteur de l’avion civile. Il ne se passe pas un jour sans que nous l’utilisions, il est donc important de veiller à son usage et de mener un engagement pour un numérique responsable.

 

La MONA, une association qui développe son éco-exemplarité

L’an dernier la MONA s’est engagée dans le défi zéro déchet pour les pros. Une opération qui nous a permis de réduire nos déchets physiques de bureau mais aussi et surtout de nous rendre compte que la majorité de nos déchets étaient numériques. Entre les mails, les fichiers textes, les tableurs et outils multimédias… nous nous devons d’agir pour limiter ses déchets et utiliser le numérique de façon raisonnable.

Pour cela depuis deux ans nous avons développé un plan d’action pour réduire notre pollution numérique et mener un engagement pour un numérique responsable. Parmi les actions que nous avons déjà mis en place, nous pouvons citer :

  • la rationalisation de nos abonnements en newsletters et webservices,
  • le paramétrage et la restructuration de nos outils pour alléger les consommations,
  • l’harmonisation de nos pratiques dans un objectif d’allègement (utilisation des favoris, allégement des signatures mails, redimensionnement de nos fichiers…),
  • la sensibilisation et formation des membres de l’équipe (OPQUAST et Numérique Responsable),
  • une veille sur les réglementations en vigueur (RGAA, RGPD, RGS…),
  • un tri régulier de nos données via les data-day.

Ces actions ont un réel impact puisque lors du dernier data-day nous avons pu économiser, rien que par le tri de nos données, l’équivalent de 300kg CO2 soit environ 1 500 km en voiture (autant qu’un Bordeaux-Rome) !

data day mona decembre 2021 economies ges

Autant d’actions qui ne sont qu’un début et qui vont se poursuivre en 2022 par un diagnostic détaillé de nos outils numériques afin d’étudier, à travers leur cycle de vie, leur impact sur le développement durable.

 

Le réseau s’engage lors d’un data-day régional !

Afin de poursuivre cet engagement pour un numérique responsable, le 18 mars 2022, le réseau des offices de Nouvelle-Aquitaine, l’équipe de la MONA et sa gouvernance ont rejoint l’aventure du Cyber World Clean Up Day, la journée mondiale du tri des données qui a eu lieu le samedi 19 mars 2022 et toute la semaine précédent cette date. Au total, ce sont plus de 200 participants, soit 83 structures du réseau qui se sont lancées dans cette aventure !

L’objectif de cette journée est d’agir pour la planète en nettoyant ses données numériques et/ou en offrant une seconde vie aux équipements numériques qui ne nous servent plus. Une initiative déjà réalisée dans le réseau par plusieurs structures tels que l’office de tourisme du Seignanx, l’office de tourisme de Limoges ou encore l’office de tourisme du Béarn des Gaves à qui nous avions consacré un article.

Au total, près de 16,43 TO de données mails et fichiers ont été supprimées des serveurs permettant ainsi de réduire sa pollution numérique et d’économiser 3525 kg eq. CO2 soit l’équivalent d’un trajet en avion Bordeaux – Auckland qui représente près de 19 000 km ! Un beau résultat qui ne demande qu’à se poursuivre par de prochaines journées de tri, retrouvez pour cela la méthodologie en suivant ainsi que les conseils du réseau pour faire de cet événement une réussite. Pour ceux qui veulent déjà le transformer en rituel, on vous invite à noter dés à présent la date du 17 mars 2023 pour la seconde édition !

 

Télécharger l’infographie du Bilan du Data day du réseau de la MONA en version pdf (546 Ko)

 

Envie de renouveler l’opération de data-day ? Voici la méthodologie !

1. Avant de débuter le data-day : se sensibiliser à la pollution digitale

Cette étape est essentielle pour comprendre l’importance de trier ses données mais aussi pour découvrir ensemble la méthodologie à adopter. L’avantage de la réaliser à plusieurs est qu’elle permet de poser toutes les questions pour commencer sereinement le tri des données. Par exemple pour se faire, le 18 mars 2022, la journée à été lancée à 9h30 avec une visio de 1h pour une sensibilisation à la pollution digitale. Au total, 200 participants se sont réunis en visioconférence et parfois même depuis une salle commune ce qui permet d’économiser le nombre de connexion et ainsi le nombre de flux de données 😉  !

Pour vous sensibiliser à la thématiques vous pouvez consulter les ressources suivantes :

  • le site internet du Cyber World Clean Up Day
  • le MOOC de l’INR sur le numérique responsable
  • le retour d’expérience de l’Office de Tourisme du Béarn des Gaves
  • le replay du lancement du data-day du 18 mars 2022 :

 

2. Lancement du tri des données

Cette étape lance un engagement pour un numérique responsable. Au niveau de la méthodologie, à chacun de déterminer le créneau qu’il juge utile, sachant qu’il faut bien compter un minimum de 2 heures et idéalement la journée pour être pleinement concentré à la tâche de tri des données. Afin de bien planifier ce moment, voici nos conseils pour un tri réussi 😉  :

    1. Faites de cette journée, un événement d’équipe en mobilisant vos collègues et en réalisant votre tri en simultané, ainsi vous pourrez les solliciter en cas de doutes sur la suppression ou l’archivage d’une donnée
    2. Vous allez trier des données partagées ou sensibles ? Effectuez d’abord une sauvegarde de secours que vous pourrez conserver pour une durée préalablement définie (par exemple : 30 jours) puis … effacer bien entendu !
    3. Avant de commencer, notez le nombre de données de départ (en numéraire ex : 500 mails et en poids 2,5 go de mails) afin d’analyser votre progression
    4. Déconnectez-vous de vos mails et mettez vos téléphones en silencieux pour être pleinement concentré : profitez-en pour communiquer sur la raison de votre absence et sensibiliser vos interlocuteurs à eux-aussi faire le tri dés le lendemain, ça tombe bien c’est le jour officiel du Cyber World Clean Up Day !
    5. Inscrivez cette démarche dans un processus d’amélioration continue en allant plus loin en révisant le processus à une date ultérieure ou en réalisant une charte de bonnes pratiques pour l’avenir

Afin de vous aider à trier correctement vos données, le Cyber World Clean Up Day met à votre disposition des guides méthodologiques pour organiser votre tri, nous les avons compléter avec quelques éléments :

 

3. Faire le bilan de la journée de tri des données numériques

Pour avoir une source de motivation supplémentaire et se rendre compte de l’impact de notre acte il est intéressant de calculer l’empreinte économisée par le tri de nos données numériques et ses équivalences. Mais quand on parle d’équivalent en terme d’impact du numérique la donnée, n’est pas simple à calculer car les méthodes différent et les calculs sont liés à des estimations et des conditions spécifiques avec autant d’incertitudes qui y sont liées. D’autant plus qu’à l’heure actuelle, les études menées sur l’impact du stockage et du transfert des données font état d’une grande disparité des résultats.

Le Cyber World Clean Up Day a pour autant proposé une méthode parlante permettant de d’expliquer les impacts de nos actions et de dresser un bilan avec des ordres de grandeur. Ils nous ont précisé que cette méthode est à prendre en compte avec l’ensemble de ces limites. Nous l’avons cependant utilisée car elle a pour le mérite d’être parlante et détaillée quand à la méthode de calcul et nous en profitons pour les en remercier pour leur partage !

Ainsi pour calculer l’empreinte du Cloud, les chiffres utilisés sont ceux de l’étude Green Cloud Computing (2021) basée sur les travaux de Umweltbundesamt (l’agence fédérale pour l’environnement d’Allemagne). Cette étude a été retenue pour plusieurs grandes raisons : elle décrit une approche simple basée sur une approche fine de l’empreinte de 4 datacenters, elle prend en compte l’ensemble du cycle de vie des serveurs, elle propose des résultats cohérents avec d’autres études et est utilisée par la Direction Interministérielle du numérique (DINUM). Mais elle a aussi des limites comme celui de se baser sur un périmètre restreint de 4 datacenter, situé en Allemagne et donc sur le mis énergétique allemand. L’utilisation de cette méthode n’est donc pas infaillible mais à l’avantage d’exister et permet d’estimer que la suppression de données permet de diminuer l’empreinte des données dans le cloud de 209,5g CO2eq/go/an.

Ainsi pour la journée du réseau, 16,43 TO de données mails et fichiers ont été supprimées des serveurs, soit 16 437 go supprimés. Le calcul est donc 16 437 x 209,5 = 3 443 552 g eq. CO2 soit une économie de 3,4 tonnes eq. CO2 soit l’équivalent d’un trajet en avion Bordeaux – Auckland qui représente près de 19 000 km ! Une équivalence de CO2 qui se calcule facilement à partir du site internet Mon convertisseur CO2 sur lequel vous pouvez comparer votre empreinte à plusieurs données un peu plus parlante 😉 

mon convetisseur co2 résultat data day 2022 mona

Vous avez à présent toute la méthodologie pour engager un data-day au sein de votre structure, de quoi mener votre engagement en faveur d’un numérique responsable. Si vous avez la moindre questions, n’hésitez pas à contacter Sophie à la MONA qui pourra vous accompagner à déployer la méthodologie la plus adaptée à votre structure.