Les offices de tourisme ruraux en réflexion

 

Suite à la loi Notre, de nombreux regroupement d’offices de tourisme ont eu lieu sur les territoires que ce soit en milieu urbain que rural ou encore littoral.
Mais les petits offices de tourisme subsistent et représentent quand même un grande partie des offices de tourisme de Nouvelle Aquitaine.

 

 

Un groupe de travail

Le groupe de travail sur les offices de tourisme ruraux a été lancé en 2017 à l’initiative de Sébastien Mathieu, directeur de l’office de tourisme du Pays Mellois.

L’idée : se retrouver autour d’une table, échanger sur des problématiques communes des offices de tourisme ruraux et proposer des actions en rapport avec la thématique. Nous étions là sur un groupe de réflexion plus que de production d’outils.

Critères pour être membre du groupe :

>Ville centre de moins de 20 000 habitants
>OT de moins de 11 ETP

Composé d’une dizaine de structures volontaires pour échanger, le groupe de travail s’est ainsi retrouvé à plusieurs reprises avec une méthodologie de travail définie à l’avance :

Réunion de lancement à Montignac le 6 avril 2017
Objectifs : faire connaissance, faire un état des lieux
des “petits” Offices ruraux, définir des échéances de
travail.

2 Réunions téléphoniques

Réunion à Angoulême le 10 novembre 2017
Objectifs : faire émerger des problématiques et
des enjeux spécifiques aux “petits” Offices ruraux.

Réunion à Ruffec le 27 février 2018
Objectifs : reformuler les éléments de diagnostic, les
problématiques et les propositions vers la rédaction d’un
document à présenter.

Réunion à Saint-Junien le 22 mai 2018
Objectifs : finaliser la rédaction du document, préparer la
présentation pour le Séminaire des Directeurs.

Un état des lieux significatif :

L’état des lieux reprend les critères du groupe de travail et se base sur le travail effectué par la mona en termes d’observation du réseau :

>Ville centre de moins de 20 000 habitants
>OT de moins de 11 ETP

Constats : 

>Les offices de tourisme ruraux représentent 60% des offices de tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Et attention, on ne parle là que des ruraux mais si l’on ajoute les quelques offices non ruraux dans le même cas que les offices de tourisme ruraux, nous sommes sur une écrasante majorité. On les appele les POT (Petits Offices de Tourisme).

>4,3 ETP moyen dans ces offices de tourisme.

>Les offices de tourisme de statut publics (SPA, EPIC, SPIC et régie directe) sont majoritaires. Les collectivités prennent la main en milieu rural.

>Une majorité d’office de tourisme non classés.

Quelques éléments de diagnostic

1/De l’impossible quête d’identité au projet de territoire

Faut il nécessairement avoir sa tour eiffel pour exister. Le tourisme en milieu rural ne doit il pas se baser sur le développement, la structuration et la qualification de l’offre?

2/Des élus à acculturer

Permettre aux élus de comprendre que le tourisme est un levier de développement économique….quels outils? comment faire comprendre que l’office de tourisme est le lieu ou la compétence technique est présente?

3/Des bureaux d’accueil touristique à la réorganisation de l’accueil du public, vers quoi ?

Il faut rester ouvert…c’est un service public, point de ralliement de zones en proie à la désertification…mais le contact est élevé…quelles alternatives?

4/Une organisation interne où règne “l’omnivalence”

Petite équipe qui en général fait un peu tout et n’importe quoi…comment professionnaliser, comment lancer de nouveaux projets? comment prioriser? quelle plue value à ajouter

Propositions du groupe de travail

Le milieu rural a des faiblesses ; il voit peser sur lui des menaces c’est certain. Il a cependant des forces, des atouts considérables et des opportunités à ne pas négliger. Grâce à l’étude de ce contexte, le groupe de travail a pu rédiger quelques propositions que la mona examinera.

 

Une réponse de la mona sera proposée au groupe de travail dans un avenir très proche

Retrouvez le dossier complet ci-dessous.