Challenger son équipe pour avancer ensemble sur la gestion responsable

Le métaphore du colibri*

Cette métaphore est souvent utilisée pour illustrer le fait que chacun peut contribuer à son échelle à faire avancer la cause. Partant d’une si belle histoire, tentons alors de nous questionner sur la façon de pouvoir enclencher le changement de façon concrète au sein de sa structure. Car nous le savons bien, changer ses pratiques, ses comportements ce n’est jamais évident mais en le challengeant avec ses collègues, en faire un véritable défi à appréhender en équipe, est-ce que cela peut contribuer à accélérer le changement ?

* Cette métaphore du colibri est issue d’une légende amérindienne : un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? ». Le colibri lui répondit alors : « Je le sais, mais je fais ma part. » La légende raconte que chaque animal se sentant alors concerné, « fit sa part », chacun à sa manière et que la forêt fut sauvée.

 

Le challenge comme outil d’animation de son équipe dans la durée

Si les ressources sont légions sur le sujet de la gestion responsable, bien souvent cela ne suffit pas pour enclencher et modifier les comportements au sein de sa propre structure. Comme tout projet pour qu’il avance, il lui faut réunir 5 ingrédients majeurs :

  • Lui donner du sens dès le départ (en lien avec les valeurs de la structure),
  • Donner envie d’y contribuer (en lien avec des collègues moteurs),
  • Réussir à créer de l’adhésion au projet (en lien avec les temps formels ou informels mis en place pour la stimuler),
  • Fixer les résultats à atteindre avec l’équipe projet et prendre le temps de les analyser et d’observer le chemin parcouru,
  • L’animer, l’animer, l’animer et continuer à surprendre dans l’animation du projet.

Pour enclencher ou poursuivre un projet interne sur la gestion responsable, il est nécessaire de l’animer et c’est en ça que l’idée de challenge peut-être un levier intéressant.

Pour vous inspirer, nous avons compilé une série de challenges proposés sur la toile. A vos marques !

  • « On est prêt »

#ONESTPRET 30 jours, 30 actions concrètes www.onestpret.fr

  • « Ca commence par moi »

#CCPM 365 actions concrètes et écolo www.cacommenceparmoi.org

  • « We Act for Good » (WAG) (APPLI SUR SMARTPHONE)

#WAG 500 défis, 8 grandes thématiques, 300 articles de fond www.weactforgood.com

WAG – We Act for Good from WAG We Act For Good on Vimeo.

  • « 90jours » (APPLI SUR SMARTPHONE)

#90jours, votre coach pour changer le monde https://90jours.org/

Autres sources d’inspiration, des initiatives du réseau telles que :

  • Les défis de l’équipe de l’Office de tourisme Vendée Grand Littoral

Déjà présenté sur le site de la MONA le contenu de cette démarche est à retrouver ici et a fait également l’objet d’un article sur le blog etourisme.info

Le principe : chaque mois, un membre de l’office organise et lance un défi pour toute l’équipe. Il n’est pas forcément question de tourisme. Il s’agit de comportements de tous les jours. Arrêter les gels douche et utiliser les savons ; visiter des producteurs locaux ; recycler le marc de café. Une fois lancé, le défi doit être relevé par chacun photo à l’appui ! Durant l’été 2019, l’initiative se duplique à l’échelle de la destination avec les voyageurs. A l’automne, les entreprises du tourisme s’impliqueront aussi.

le défi écologique numéro 2 de la destination Vendée grand littoral

  • Les défis au sein de l’Ecodestination made in Les Landes

Le Parc Naturel des Landes de Gascogne et les offices de tourisme travaillent collectivement pour déployer une stratégie éco-destination. Afin d’appuyer cette dynamique et faire preuve d’exemplarité, les salariés des offices de tourisme et des collectivités en charge du tourisme sont invités à relever régulièrement des défis pour changer modestement leurs comportements. Pourquoi, dès à présent, ne pas changer mon moteur de recherche Google par des alternatives à vocation plus durables tels que Lilo (surfer sur le web et soutenir des projets environnementaux et sociaux), Ecosia (surfer sur le web tout en plantant des arbres), Ecogine (surfer sur le web tout en aidant des associations à but environnemental) ? Voilà typiquement le type de défi proposé par Caroline Le Roy, coordinatrice de la dynamique locale autour de l’éco-destination. Plus d’infos sur ces trois moteurs de recherche.

 

Le Manager, l’impulseur de la démarche

Avez-vous en tant que manager testé, expérimenté des choses avec votre équipe permettant de faire avancer la cause ? Avez-vous facilité la mise en place d’échanges en interne sur ce sujet ? Y a t-il des moments formels ou informels dans lesquels bonnes pratiques et bons tuyaux sont partagés entre collègues ? L’avez-vous déjà envisagé/proposé comme un challenge collectif en libérant l’esprit d’initiatives et la créativité au sein de votre équipe ? Pensez-vous pertinent d’y ajouter une récompense au collectif et si oui sous quelle forme ?

Face à toutes ces questions, pour lesquelles il n’y a pas de recette miracle (ça se saurait !), il convient d’appuyer sans doute la nécessité de proposer aux membres de son équipe d’autres manières de les impliquer, de les transformer en véritable acteur du changement. Bien évidemment, tout le monde ne sera pas moteur mais l’avantage avec un thème comme la gestion responsable c’est que l’on peut amorcer les échanges en commençant par ce que chacun fait déjà (à la maison et au travail). Saviez-vous qu’un touriste consomme 4 fois plus d’eau quand il est en vacances quelque part que lorsqu’il est chez lui ! Possible que certains comportements diffèrent également lorsqu’on est chez soi et lorsqu’on est au travail, qu’en pensez-vous ?!!

L’atelier « gestion responsable », proposé dans le cadre du #NADOT19 avec Béatrice Renaud du Parc Naturel des Landes de Gascogne et Pascal Dupouy de l’Office de tourisme Bergerac Sud Dordogne, a été conduit en testant une méthode d’animation simple comme si le manager était face à sa propre équipe. Béatrice jouant le rôle d’une manager animant une séquence de travail sur la gestion responsable avec son équipe. Pascal se faisant la voix du collectif de Bergerac.

Point de départ : la notion d’empreintes environnementales

Double objectif : 

  • Mobiliser sa propre équipe à partir des impacts environnementaux de la structure et hiérarchiser les actions à mener avec son équipe
  • Enrichir les initiatives du collectif sur propositions des salariés

Suggestion d’une méthode d’animation auprès de son équipe (testée et approuvée lors de l’atelier du #NADOT19) :

1ère étape : Notre perception commune et nos moyens d’agir sur les 9 types d’empreintes environnementales

L’image, proposée sur votre gauche, représente les 9 principaux postes d’émissions de gaz à effet de serre hiérarchisés selon leur niveau d’émission. Le chauffage/clim étant le plus important.

Consigne suggérée : une fois cette présentation des piliers faite, réussir avec l’équipe à s’entendre ensemble et à placer sur une matrice chacun de ces 9 piliers selon la capacité de l’équipe à pouvoir changer les choses. Une matrice qui se présenterait de la manière suivante :

  • ligne verticale : impact fort en haut / impact faible en bas en matière de diminution des émissions
  • ligne horizontale : marges de manœuvres aisées (à droite) / marges de manœuvres difficiles (à gauche)

L’objectif de cette séquence est d’amorcer le questionnement.

2ème étape : Nos actions concrètes pour améliorer la situation au sein de notre propre structure

Consigne suggérée : chaque salarié.e prend le temps d’écrire ses propositions sur post-it (label PEFC de couleur différente selon empreinte environnementale). La règle : 1 idée = 1 post-it. Laissez le temps nécessaire à chacun de pouvoir compléter plusieurs post-it.

Ensuite, chaque idée est lue à voix haute et débattue avec l’équipe pour pouvoir être triée selon 4 entrées possibles : actions simples/sans risques ; actions visant l’amélioration et nécessitant réflexion ; actions en rupture/hors du cadre actuel ; actions irréalisables/impossibles.

L’objectif de cette séquence est de compiler des actions à mettre en place.

3ème étape : Nos priorités et notre degré d’ambition

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour valider collectivement ce travail accompli en équipe et passer à l’action.

Consigne suggérée : procéder à un vote pondéré. Chaque participant a un nombre de bâtons, points, gommettes bien défini et il les placent sur les actions qu’il juge les plus pertinentes pour faire avancer la cause. Ensuite il vous suffira de comptabiliser le nombre de points recueillis sur chaque action et procéder au classement (important : pour qu’un vote soit pondéré il est nécessaire de multiplier le nombre de points par le nombre de personnes qui ont voté pour cette action).

Le nombre d’actions à planifier dans la durée sera forcément à corréler avec le niveau d’ambition, d’envie et de moyens mis à disposition de l’équipe. La réussite d’une telle démarche ne passera que si il y a de l’animation et un fonctionnement en mode équipe projet.

L’objectif de cette séquence est d’obtenir l’adhésion du collectif, de hiérarchiser les actions et de les inscrire dans la durée.

 

Une mine d’idées pour continuer à se perfectionner

Dans le cadre de l’atelier du #NADOT19, quelques idées exprimées et à conserver précieusement :

  • Privilégier les commandes annuelles de fournitures (éviter le coup par coup),
  • Acheter uniquement des produits labellisés
  • Mettre en avant des fournisseurs locaux au sein de la boutique de l’office par exemple,
  • Etablir une gestion des stocks d’imprimés au plus proche du besoin (en savoir plus : gérer les éditions touristiques de façon responsable)
  • Donner les surplus de papiers à des associations (APE > système de collecte de papier pour les écoles ou se rapprocher aussi d’écoles labellisées Eco-Écoles pour aider aux financements de projets pédagogiques),
  • Faire payer les plans aux clients,
  • Mettre en avant les avantages liés aux mobilités douces et transports en commun auprès de son personnel et du public,
  • Développer les systèmes de visio-conférence en interne et le proposer naturellement en externe
  • Encourager et développer le télétravail,
  • Favoriser les solutions de co-voiturages pour tous types d’évènements (AG, rencontres, réunions, formations, salons…)
  • Faire correctement le tri,
  • Eteindre toutes les prises électriques en fin de journée,
  • Stopper la consommation de plastiques à usage unique,
  • Paramétrer les imprimantes par défaut recto-verso noir et blanc,
  • Animer des temps en interne pour faire le point sur les pratiques et continuer à se challenger sur de nouvelles idées à déployer,
  • Prendre le temps de transmettre aux nouveaux (remplaçants, stagiaires, saisonniers, recrutés) tous ces gestes pratiques par l’équipe et les inviter à en proposer de nouveau
  • Mesurer les économies générées et le partager à l’équipe (si bons résultats penser à une récompense collective)…
  • ….
Les liens utiles pour approfondir :
Savoir faire et faire savoir :

 

Un bilan carbone pour crédibiliser sa démarche interne

Il n’existe, à priori, aucun bilan carbone de référence pour l’activité touristique hormis celui réalisé en 2014 pour l’Ile de France. Consultez ici la synthèse de ce bilan carbone.

Les liens utiles pour approfondir :

http://www.ecoresponsabilite.ademe.fr

Pour ceux tentés par la réalisation d’un bilan carbone  de leur OT :

 

En savoir plus…

Appréhender les éco-gestes et le tourisme durable dans sa structure

TAGS
VOTRE INTERLOCUTEUR
Fabien Raimbaud
Chargé de projets
Email : fabien.raimbaud@monatourisme.fr

Téléphone mobile : 0630353528