Gérer les éditions touristiques de façon responsable

Faut-il absolument changer la politique d’édition d’un office de tourisme pour entrer dans une logique de développement durable ? C’est la question que se sont posés les directeurs d’offices de tourisme de Nouvelle-Aquitaine réunis à Sarlat à l’occasion du #NADOT19.

Pour aller plus loin, la MONA a organisé en 2021 une formation “Gérer et optimiser ses outils de communication dans un objectif plus durable“. L’objectif : analyser et améliorer tous les outils de communication d’une structure dans une logique plus responsable. Sachant qu’en France, on consomme 279 kg de papier par seconde et que produire 1 feuille de papier A4 consomme 5L d’eau … on a forcément parlé de l’impact des fameuses éditions touristiques ! Voici quelques pistes de réflexion issues de ces deux événements.

 

Gérer ses éditions passe déjà par une bonne gestion du papier

On le répétera jamais assez, pour éviter de faire du greenwashing, il faut développez son éco-exemplarité avant de s’engager. Cela passe donc par une bonne gestion du papier et contrairement à ce que l’on pourrait penser le développement du numérique ne s’est pas accompagné d’une diminution de la consommation de papier. En effet, selon l’ADEME, chaque salarié consomme 70 à 85 kg de papier par an, soit l’équivalent de 3 ramettes par mois. Il est donc grand temps de veiller à son utilisation ! 

Cela passe tout d’abord par une bonne sélection du papier et des encres utilisés : définissez bien le nombre d’impression qui vous seront utiles, choisissez un papier plus respectueux de l’environnement, utilisez un grammage adapté, utilisez des encres végétales ou sans solvants, évitez les additifs, les pelliculages ou les impressions type métallisées… Pour en savoir davantage sur les encres, rendez-vous ici et sur le guide d’Ecofolio ci-dessous pour reconnaître les labels papiers.

Une bonne gestion de l’impression : paramétrer automatiquement vos imprimantes en mode brouillon, Noir & Blanc et Recto Verso ; réduisez la taille des marges utilisées ; réduisez les interlignes ; imprimez plusieurs pages sur une même feuille ; limitez les aplats de couleurs et la taille des illustrations ; utilisez des polices économes en encre comme la police Ecofont

Optez pour un recyclage du papier correct qui selon l’ADEME, se fait moins bien au bureau : 20 % des papiers y sont recyclés contre 41 % à la maison. De plus, depuis le 1er juillet 2016, les administrations de plus de 20  personnes et les entreprises de plus de 100 salariés qui produisent des déchets papiers de bureau sont obligé de trier à la source et organiser la collecte des déchets papiers séparément pour permettre leur valorisation. Vous pouvez également réutiliser le papier en brouillon.

> Connaître les différents labels papiers

EcoFolio, l’éco-organisme des papiers, en collaboration avec l’ADEME, a réalisé ce guide pour offrir des repères simples et pratiques pour s’y retrouver entre les différents labels et caractéristiques des papiers. Ainsi, chacun sera en mesure de comparer, de choisir ses produits et ses fournisseurs selon des critères environnementaux.

Téléchargez le guide

 

Le papier, toujours utile au voyage et au séjour

La conclusion de l’atelier du NADOT 19 : les offices de tourisme se dirigeront plus vers une gestion qualitative des éditions que vers une suppression totale du papier.

Il y a plusieurs raisons à cela : la première est que le document papier est consécutif du séjour, et que le smartphone est un media supplémentaire, mais qui ne le supplante pas. Dans le même groupe de voyageurs, une personne utilisera un plan papier alors qu’un autre aura les yeux sur l’écran de son smartphone. De plus les outils numériques, sont également générateurs de pollution, ce n’est donc pas une solution forcément plus écologique. Il faut bien faire attention à ne pas faire de transfert de pollution !

Ensuite, il est aujourd’hui possible de travailler avec des imprimeurs responsables, qui se soucient de la ressource au niveau des forêts, qui utilisent des encres plus saines, qui vous orientent pour choisir des finitions économes, qui évitent les surplus de découpes liés aux formats spécifiques, qui ont une méthode de travail respectueuse de l’environnement … La relation et la connaisse de son imprimeur est une étape essentielle pour créer des bases de travail plus saines.

Malgré tout, l’atelier sur la gestion des éditions a permis de formaliser un certain nombre de consignes et d’engagements.

 

Des pistes d’amélioration :

  • Lancer une démarche d'éco-edition

    ajuster les impressions à la consommation réelle. Il s’agît de mieux observer la consommation des éditions afin d’éviter de trop grandes quantités de documents inutilisés en fin de saison.

  • participer au recyclage des éditions non utilisées. Plutôt que d’apporter l’ensemble du stock non utilisé à la déchetterie, plusieurs offices de tourisme recyclent les brochures. Grâce à cet apport, ils financent des projets associatifs.
  • calibrer les documents en fonction de la demande. Un long échange a porté sur la nécessité de lister les hébergements dans le document touristique principal (guide de destination). Cette pratique alourdit les documents distribués au visiteur en séjour sans plus-value sur sa consommation. La vallée de la Vézère, par exemple, s’est mis à l’impression à la demande, plus responsable
  • distinguer les éditions selon leur durabilité. Un flyer présentant une animation ou une visite aura moins de durée de vie qu’un magazine de destination qui va passer toute la saison dans un hébergement. Aussi, pourquoi ne pas privilégier la prise de photo avec un smartphone pour les documents à durée de vie courte ?
  • sensibiliser les visiteurs à l’utilisation raisonnée du papier, avec des informations sur le recyclage, l’origine du papier, etc.
  • modifier le marketing de service auprès des prestataires touristiques : les sensibiliser à des documents mieux faits, pour éviter les “listes d’adresses”

Se poser toutes ces questions permet d’entrer dans une démarche d’éco-édition qui consiste à évaluer ses besoins et identifier ses cibles, discuter avec son prestataire pour bien choisir son support et sa fabrication, penser à adapter la diffusion puis évaluer ses actions et communiquer sur ses résultats.

> Mieux gérer ses imprimés publicitaires

Ecofolio, l’organisme en charge de la sensibilisation à la gestion responsable du papier, a édité cette fiche pratique sur la gestion des imprimés publicitaires.

Voir le document

a

Utiliser les écrans comme complément à l’information papier

Luc Stelly, directeur de l’Office de Tourisme du Sancy (Puy de Dôme) avait préparé un témoignage vidéo de l’opération “Sancy TV”. Mise en place depuis plusieurs années, cette opération permet d’équiper hébergements, activités de loisir, sites et commerces d’écrans d’information. La gestion de la chaîne est centralisée au niveau de l’office de tourisme, mais elle permet aussi le décrochage local. Cette initiative est très complémentaire des éditions.

a

Compiler les données pour mieux les distribuer

L’été dernier a vu la naissance de nombreuses initiatives pour s’adapter à de nouvelles normes sanitaires instaurées suite à la crise du COVID. Parmi ces initiatives on retrouve Roadtrip, une webapp créé par et pour les conseillers en séjour et qui regroupe toutes les données numériques chaudes et froides auparavant dispersées sur différents supports, afin de pouvoir conseiller dans la multitude de flyer et de brochures.

Roadbook et Louspot deux solutions de conseil et d’accueil

Aller vers le zéro papier

Depuis 2018, l’Office de Tourisme Médoc Plein Sud a mis en place La Pignotte, un office de tourisme mobile sans prospectus à l’intérieur. Les visiteurs sont ainsi invités à photographier les informations qui leur sont nécessaires et qui sont affichées sur les portes de la Pignotte. Les visiteurs ont facilement adhéré à l’opération et depuis l’office de tourisme va plus loin en réfléchissant à une édition réutilisable sur un support unique.