Bacalab 2011 Quelle cartographie pour l’office de tourisme du futur

La deuxième réunion du Bacalab a eu lieu début janvier 2011 et a été totalement consacré à la cartographie en Office de Tourisme. La cartographie est un thème central, très lié au sujet du « voyage » depuis le 19e siècle (cartographie du Mont Blanc fin 19e). Pourtant, elle reste peu étudiée en termes d’usages touristiques.

> Compte-rendu du Bacalab 2011 - Cartographie

Retrouvez le compte-rendu du Bacalab 2011 « Quelle cartographie pour l’office de tourisme du futur »

Télécharger le compte-rendu

> Présentation du Bacalab 2011 - Cartographie

Retrouvez la présentation du Bacalab 2011 « Quelle cartographie pour l’office de tourisme du futur »

Télécharger la présentation

Carte touristique et Offices de tourisme

La carte est le document de base au sein de l’OT. Le premier demandé par le visiteur et le premier remis par l’agent pour localiser les propositions d’offres touristiques : carte touristique ou plan de ville. Elle reste encore le plus souvent imprimée. En parallèle, la cartographie murale (en relief) affichée dans l’OT reste un classique. Elle permet au visiteur d’imaginer le lieu où il va se rendre (notamment en montagne). Les RIS (relais information Services) thématiques ou locaux, en extérieur, ont fait l’actualité de l’aménagement touristique dans les années 90. Problème d’actualisation.

En 2006, l’arrivée de Google Maps représente un virage pour la cartographie touristique.
A noter qu’il existe d’autres solutions pour obtenir des fonds de carte, en open source (Open Street Map) ou des solutions propriétaires. Egalement, il existe en Aquitaine PIGMA (plateforme d’information géographique mutualisée en Aquitaine, portée par le GIP ATGeRi, voir plus bas) par l’intermédiaire de quoi il est possible de se procurer des fonds de carte à des coûts modiques.

70% des personnes qui réservent un hôtel en ligne ont préalablement visité un site de cartographie (source Google France, 6èmes rencontres du etourisme institutionnel de Toulouse)

Contexte nouveau : la géolocalisation et le développement des smartphones. Désormais les personnes se géolocalisent. Cela ouvre des perspectives pour le commerce local (Facebook Deals, Google Latitude), pour la randonnée (EveryTrail, TrailGuru), les itinéraires.

En situation d’accueil, il existe peu d’exemples de cartographie numérique touristique. On peut pourtant citer quelques idées à mettre en oeuvre :

    • Réinventer la carte en relief (3D) pour le local de l’OT ? elle peut être envoyée par mail sur une messagerie perso ou partagée avec d’autres ; elle prolonge l’expérience du voyage
    • Réinventer la carte lumineuse (les lumières indiquent les sites d’intérêt) ? elle permet de nouer des partenariats avec les prestataires qui apparaissent
    • Des cartes interactives pour les randonnées

La présentation de Jean-Luc Boulin :

 

> La carte touristique c'est collector

Pour le MONATour 2017, la carte touristique était collector !

Lire l'article

Au fait un bacalab, c’est quoi ?

Les Bacalabs sont des ateliers de créativité réunissant des « experts métiers » et des « offreurs numériques » autour d’un enjeu bien identifié.
Imaginés par l’AEC (Agence Aquitaine du Numérique), les Bacalabs ont pour objectif objectif d’imaginer ensemble les services numériques de demain pour :
– Offrir une réponse adaptée aux besoins numériques des Aquitains,
– Permettre aux entreprises aquitaines des filières numériques de développer des services ciblés, innovants, susceptibles de trouver rapidement et durablement leur marché.

Les Bacalabs sur l’Accueil numérique sont coconstruits depuis 2010 avec la Mona et rassemblent les professionnels des offices de tourisme et entreprises TIC.
Ils complètent les services de la Mona sur la stratégie d’accueil (veille, articles de presse, photos, vidéos, accompagnement des offices de tourisme et des territoires…)