Comment le bureau d’information touristique de Clairac est devenu un tiers-lieu?

Depuis juillet dernier, les touristes qui visitent le village de caractère de Clairac, en Lot-et-Garonne, ont été quelque peu surpris. Lorsqu’ils arrivent sur la place de la halle, ils trouvent un « point d’info touristique » assez classique. Lorsqu’ils entrent, Elodie, la maitresse du lieu commence par leur proposer un café. Et les installent à une table en compagnie de quelques locaux, jeunes ou retraités, qui profitent eux aussi du lieu.  Elodie fait le contact, et encourage les deux parties à échanger, parler de Clairac, et donner de bons plans à visiter. Au final, les visiteurs restent un bon moment dans le lieu et repartent enchantés!

Le café, lui, est en tarif libre, comme les autres boissons du lieu (sirop, thé, sodas). « Mais tout le monde participe, même au delà de ce qui est habituel », confirme Elodie. Au milieu du local, entre les canapés et les tables dépareillées, on peut faire des jeux de société, consulter des infos touristiques, ou profiter des jeux d’arcade.

C’est la Halle de Clairac, un tiers-lieu touristique impulsé par l’Office de Tourisme Val de Garonne. Le projet a mis plus de deux ans à se réaliser. A l’origine, l’office de tourisme a fait (comme beaucoup) le constat d’un bureau d’information touristique saisonnier, peu animé, et surtout peu fréquenté. Après une enquête auprès des associations et acteurs locaux, de nombreux manques sont apparus : comment occuper les élèves internes du lycée professionnel le mercredi après-midi? Comment trouver un lieu pour différentes associations? Comment redonner vie à un « musée du train » abandonné? Comment offrir un lieu de vie aux anciens du village?

Après plusieurs accompagnements (par la coopérative des tiers-lieux, la MONA, un cabinet consultant et le master AGEST), le projet est né. Le local a été réaménagé, sur 180 m2 avec un espace bar à tarif libre, un espace convivial, un espace coworking, etc.

L’Office de Tourisme a recruté Elodie, facilitatrice du lieu. Son profil : beaucoup plus « culture » que « tourisme », et surtout un vrai tempérament d’animatrice : la halle de Clairac multiplie les animations, comme le montre sa page Facebook.

A la fin de la saison, Elodie a été employée par la mairie, puis par l’association de gestion du tiers-lieu, nouvellement créée. Ainsi, le lieu est autonome, même si l’Office de Tourisme continuera à financer l’équivalent de trois mois de conseiller en séjour estival. Mais, après avoir lancé le projet, il se retire de la gouvernance : cela permet une appropriation locale.

Prochaine étape : l’association de gestion du tiers-lieu devra trouver les moyens financiers pour vivre tout au long de l’année.

Cette première expérience régionale de tiers-lieu propulsé par un Office de Tourisme est riche d’enseignements :

  • les habitants se sont vite approprié le lieu : un espace de convivialité, ouvert à tous
  • après un temps d’acclimatation et d’acceptation, les associations locales commencent à investir l’espace
  • la mairie a accepté de financer sans avoir forcément la main-mise sur le lieu
  • les touristes sont plus nombreux qu’avant, enchantés de discuter et d’échanger avec des locaux
  • l’amplitude d’ouverture du BIT a augmenté sans coût supplémentaire
  • les animations sont beaucoup plus nombreuses qu’avant.

Et surtout, dans la méthode, l’Office de Tourisme a été à l’origine du Tiers-lieu, mais laisse à présent le soin aux locaux de s’en occuper au sein d’une association dédiée. Il participe juste au financement.

Crédit photos : Halle de Clairac

TAGS
VOTRE INTERLOCUTEUR
Jean-Luc Boulin
Directeur de la MONA, rédacteur en chef du blog etourisme.info, et professeur associé à Bordeaux-Montaigne en Master Tourisme AGEST.
Légèrement etourisme addict, et relativement connecté.